bandes dessinées érotiques porno blog xavier duvet xavier duvet bandes dessinées fétichistes pin-ups xavier duvet originaux vente

MON BLOG OFFICIEL de Xavier Duvet
réflexions en vrac / personnal thoughts

Baisse des prix...
Chose promise , chose due : comme je vous l'avais dit , plus il y a de ventes d'un titre, plus je peux baisser le tarif. Donc les épisodes de TRANSFRANCISCO passent de 8 euros à 6 euros ! Mieux, si vous achetez les 4 premiers ou les 4 suivant ensembles, vous ne payez que 22 euros au lieu de 24 ! Encore mieux, si vous me passez une commande directe en m'écrivant, vous ne payez que 20 euros ! pensez juste à actualiser votre page pour voir les nouveaux prix.

Que doit gagner un dessinateur de BD pour vivre ?
Un dessinateur de BD est son propre patron . Il paye des cotisations sociales comme n'importe quel salarié (avec beaucoup moins d'avantages sociaux , mais c'est une autre histoire…) ,mais aussi les cotisations qu'un patron paierait pour son salarié (et oui , puisqu' il est son propre patron ! ) et ses charges : local, electricité , eau, téléphone, internet, matériel, déplacement, assurance etc...
Donc si il gagne 2000 euros brut par mois, il lui restera à peine plus qu'un SMIC… soit environ 1200 euros.
Si l'on ramène ces chiffre à une journée de travail (soit 20 jours par mois… personne n'aimant travailler les week-ends en plus de son boulot…) cela fait 2000/20 = 100 euros par jours .
Mais pour faire une planche ( page ) de BD en noir et blanc , il faut au moins 2 jours : un pour le crayonné, un pour l'encrage. Vous me direz certains dessinateurs travaillent plus vite; je vous dirais, pour être plus proche de la réalité , beaucoup de planches de BD prennent plus de temps (surtout lorsque la BD est dans un style réaliste) et surtout les dessinateurs travaillent plus longtemps pour arriver à joindre les deux bouts (souvent 8 à 10 heures par jours et même les week-end ! ).
Et encore, dans ce lapse de temps, je ne prends pas en compte le travail en aval du scénariste et celui en amont du coloriste (quand le dessinateur ne fait pas tout lui même) . A ce rythme moyen (une page tous les deux jours), il faudrait donc en théorie que la planche de BD soit payée au moins 200 euros ( 20 = 10 page =10X200 euros ).
La réalité est tout autre. Les grosses maisons d'édition payent environ 300 à 350 euros par page… mais à se partager entre le scénariste, le dessinateur et le coloriste; quand aux moyennes et petites structures… n'en parlons même pas.
Oui, mais vous allez me dire que nous touchons de droits d'auteurs. En fait, l'avance (qui correspond au prix des planches ) qui est faite aux auteurs lors de la signature de contrats d'édition est déduite sur les futures ventes des albums. En gros, les auteurs gagnent environ 8 pour cent du prix de vente Hors taxes (soit environ 1 euros par album ); Donc supposons qu'un auteur ait touché pour un album de 48 pages , 9600 euros d'avances , qu'il ait réussi à faire tout seul son album en 5 mois pour juste "gagner" sa vie ( ce qui est presque impossible, sauf s' il bosse tous les week-ends ), il va falloir qu'il se vende plus de … 9600 albums avant qu'il commence à gagner son premier euro de droits d'auteurs !
Cependant, Les état généraux de la BD (qui rendent compte des chiffres de l'industrie de la bande dessinée ) prouvent que très très peu d'albums atteignent ces chiffres de ventes qui permettent aux auteurs de vivre correctement, et dès lors survivre dans ce métier s'apparente plus à un flux tendu ou l' auteur (qu'il soit dessinateur , scénariste ou coloriste de BD ) doit de suite jouer les commerciaux et retrouver un nouveau projet si il veut survivre. Un travail de funambule sur une corde raide.

J'aime bien quand je suis invité à une soirée BD. Normal, j'aime la BD. mais quand on me dit que c'est moi et deux autres dessinateurs , qui faisons le show, en répondant à des questions pour animer la soirée, faisant des dédicaces (si on veut ), et restant jusque tard dans la nuit pour parler avec les convives ( qui ont tous payés pour venir nous rencontrer ), et qu'en plus je ne serais pas rémunéré, que l'on ne me remboursera pas mes frais de transports, ni de nourriture au cas ou j'aurais envie de manger (pourquoi faire puisque j'aurai juste qq verres offerts par l'organisatrice !), Je ne sais pas mais j'ai comme l'impression d'être le dindon de la farce. Vous appellez ça une invitation vous ou du "je te prend pour un con ?".

DEDICACE à ANGOULEME janvier 2017
( stand TABOU )

ACTUALISATION / UPDATING !
Xavierduvet.com est en cours d'actualisation , ce qui veut dire que si vous ne voyez plus une page, il vous suffit de cliquer sur actualiser (la petite flèche en forme de cercle sur votre barre grise de navigation ) pour arriver à la page mise à jour.

Xavierduvet.com is updating, so if you don't find a page, just click on the rounded arrow in your navigation's page to update it.
EXPOSITION VENTE
La dernière exposition/vente de mes originaux est désormais finie, mais vous pouvez retrouver toutes les autres ventes ici : http://xavierduvet.com/pinup.html et si une page , un dessin que vous cherchez ou aimeriez avoir n'y est pas, vous pouvez toujours me contacter.
A PROPOS DES DEDICACES PERSONALISEES & COMMANDES DE DESSINS: c'est ici !

A votre bon coeur...

Une famille vivant juste à coté de chez moi est dans le besoin.
Ils ont 3 enfants , qui n'auront peut-être même pas un cadeau pour noël et ne savent pas comment payer leur loyer.
Donc j'ai décidé de vendre 10 dédicaces au prix fixe de 58 euros à partir d'aujourd'hui jusqu'au 18 décembre 2014. Frais de port déduit , il leur restera 500 euros pour fêter Noël et aider à payer leur loyer ( je paye les BD de ma poche ).
Vous choisissez l'album sur lequel vous voulez votre dédicace, vous choisissez le dessin que vous voulez et je vous l'envoie en colissimo avant Noël… comme ça tout le monde aura un cadeau, eux et vous.
C'est le moment ou jamais de me prouver qu'être (un peu) connu sert à quelque chose et que vous avez un grand coeur (ce dont je ne doute pas ).

Résultat :
Grâce à vous , j'ai pu récolté 250 euros en 7 jours; Je ne vous cache pas qu'il y a eu quelques larmes qui ont coulé lorsqu'ils ont reçu cet argent, mais les enfants ont pu avoir un cadeau pour Noël. Un bonheur n'arrivant jamais seul, la papa de cette famile a pu retrouver un job en CDI quelques semaines plus tard. Merci à vous donc pour ce geste qui leur a redonné espoir.

Il en faut pour tout le monde.
Ces dernières années, lors de mes séances de dédicaces, j'ai rencontré de nombreuses personnes qui m'ont dit aimer mon dessin, mais pas les thèmes trans ou travestis que j'abordais. Donc depuis pas mal de temps et comme je suis un mec sympa ( bein quoi c'est mon blog, j'peux bien m'auto-flâtter... ), je me suis amusé à une petite gymnastique cérébrale qui consiste à écrire des doubles scénarii pour mes BD. Bien sûr cela impliquait aussi de modifier et de faire des dessins supplémentaires et donc plus de travail (comme ça vous savez au moins pourquoi, il me faut, entre autre, autant de temps pour faire une BD... au cas ou y en qui penserait que je vais à la pêche toute la journée). Donc, pour revenir à nos moutons, j'ai aussi écrit des versions plus orientées "fantasmes hétéros" , que je n'avais pas eu le temps de mettre en ligne jusqu'à aujourd'hui. Je vais tâcher de réparer ce retard et vous les découvrirez au faire et à mesure ici : "Les versions alternatives".
PS: Certains d'entre-vous vont certainement penser "c'est purement mercantile", et ils n'auront pas tout à fait tort... sauf s'ils pensent qu'un auteur de BD ça vit d'amour et d'eau fraîche ;)
2ème PS: je n'aime pas la pêche, au lieu d'avoir sur moi un effet calmant , ça m'énerve.

Trois mois et demi de boulot...
C'est le temps qu'il m'aura fallu pour faire le deuxième épisode d"Astuce de Maîtresses", donc si vous avez aimez (ou détesté ) n'hésitez pas à me faire part de votre ressenti; ça aide tjrs de savoir ce que les lecteurs pensent. Surtout qu'un 3ème épisode est prévu (plus court , lui, ne faisant que 12 pages/strips ). Et la suite me direz-vous ? Et bien j'ai deux autres épisodes de féminisation qui viendront chronologiquement s'intercaler entre l'épisode 14 et 15 et bien sûr la deuxième "saison" de Forcé. Donc du pain sur la planche.
Voilà un blog que j'adore, parce qu'il résume avec des dessins tous simples (en apparence) toutes les abérrations auxquelles les illustrateurs, dessinateurs , graphistes, etc sont confrontés: http://monmacon.tumblr.com
APPAUVRISSEMENT ET DISPARITION DES AUTEURS DE BD ? à lire absolument !
L'état à décider pour être en harmonie avec les lois européennes d'augmenter nos cotisation sociales . L'ircec/raap , notre caisse de retraite complémentaire (que nous ne toucherons jamais !) veut dès 2018 (donc sur nos revenus de 2017) nous taxer 8 pour cent de nos revenus (pour vous donner un ordre d'idée et bien enfoncer le clou, cela revient à nous supprimer un mois de revenus ! ).
Et donc nous appauvrir de 8 pour cent, mais sans nous offrir les avantages des autres corps de métier ! Que nenni, nous n'aurons toujours pas droit aux congés payés , au chômage, au 13ème mois, aux arrêts maladie ! Moi j'aimerais qu'on m'explique comment pour assurer nos vieux jours, je vais arriver à me priver de manger un mois par an jusqu'à la retraite.
Plus d'explications ici !
Du matériel pour vos blogs, vos sites ou facebook (attention à censurer selon les cas ! )
Plutôt que voir tout et n'importe quoi sans mon autorisation, voici des images que vous pouvez diffuser (sans modification) sur vos blogs ou pages perso à condition que ce ne soit pas des siteweb commerciaux ou d'ou vous tiriez un profit : cliquez sur l'image pour avoir un plus grand visuel.

si vous voulez un visuel en particulier , contactez-moi.

Faut bosser
Depuis des années, il y a une espèce de mouvement des dessinateurs à se plaindre de ne pas être assez payé. Moi qui ai crevé la faim et gagné moins qu'un smicard presque 15 ans de ma vie, je ne dirais pas le sens contraire, mais quand je vois ce qu'on publie aujourd'hui je dis merde, faut arrêter les conneries ! On publie tout et surtout n'importe quoi. Et n'allez pas me dire que c'est uniquement la faute des éditeurs. D'accord les éditeurs sont des commerciaux, qui cherche souvent (mais pas tous ) à remplir le plus possible les rayonnages pour vendre, mais une fois qu'on le sait, il faut aussi peut-être se retirer les doigts du cul ou la poutre qu'on a dans l'oeil et avoir un regard un peu plus introspectif sur son travail . Tiens (on se tutoie, non ?), par exemple: il y a 2 ou 3 ans, j'avais une séance de dédicace en compagnie d'un autre dessinateur à Angoulême. Au bout de 15 minutes mon "collègue" qui débutait et n'avait pas beaucoup de sollicitation (j'ai connu , j'ai aussi débuté... si si, relisez mes articles) se lève et se casse ! il ne refait apparition qu'une ou deux heures plus tard et bacle (y a pas d'autre mot ) 3 ou 4 dédicaces en moins de 5 minutes (top chrono) sur des albums pour des personnes qui l'avait demandé pendant son absence (ça en dit déjà long sur le temps fou qu"il devait passer sur ses planches !). L'éditeur qui l'avait invité, gentil, lui demande pourquoi il n'est pas resté sur le stand et le mec répond sérieusement : "oh je croyais en venant ici que j'aurais à faire des interview pour la télé, des trucs comme ça et puis je ne suis pas trop à ma place ici" ( faisant référence aux BD adultes , alors qu'il était aussi l'auteur de l'une d'elles ). Franchement, les bras m'en sont tombés, mais c'est un lecteur sur le stand qui lui répliqua: "mais monsieur, pour être célèbre et interviewé, il faut bosser ! ". Pourquoi je vous raconte tout ça? parce qu'aujourd'hui le moindre dessinateur qui vient de sortir un album , souvent merdique par ce que c'est le premier , pense, qu'il va de suite gagner sa vie avec la BD. J'ai connu, j'y ai cru, mais quand j'ai vu les mauvaises ventes, je me suis dit "va falloir encore bosser plus dur, si je veux épater la galerie " et je me suis remis au travail, encore et encore ( sans dire que mon éditeur de l'époque était un nulos - en fait c'était surtout un escroc :) , parce qu'en BD comme pour n'importe qu'elle métier, si t'es pas un génie surdoué (et rêvons pas y en a pas tant que ça) faut bosser pour y arriver. Or moi quand je vois ce qu'on publie aujourd'hui , et bein je ne suis pas épaté, pas estomaqué par le dessin et je me dis que le lecteur , bien plus sympa que moi , ne doit non plus y trouver son compte... alors faut pas s'étonner de ne pas vendre noyés dans la masse des parutions. Y a pas des médailles d'or pour tous les athlètes , alors va pas falloir seulement se reposer sur le scénariste, et en mettre un coup... de pinceaux.

L'immobilisme des grosses maisons d'éditions.
Je suis fan du travail de Russ Manning. En 2011, je découvre qu'il y a 2 albums de Tarzan dessinés par cet auteur qui n'ont jamais été édités en France( ni aux USA d'ailleurs !): "Le Maître des bêtes" et "sauvage pellucidar". D'abord, je cru à une légende, jusqu'à ce qu'un autre collectionneur me fournisse des photocopies N&B de ces deux BD (d'après un tirage de fanclub étranger ), qui n'avaient été publiés officiellement qu'en tout petit nombre dans les pays nordiques vers 1975.
Au bout de 6 mois de recherches, je trouve enfin des exemplaires de ces albums mythiques, ultra-rares, en couleur... et sublimes ! Je me dis que je ne peux pas garder cela que pour moi et décide de contacter Soleil (qui publie une partie de tarzan avec l'accord de Dark horse/ERB ) pour leur proposer ce matériel totalement inédit qui comblerait , je suis sûr, nombres de fans. D'abord, chez Soleil, on ne me croit pas, puis plus de réponse. 6 mois plus tard, je me dis : "bon, pas de problème , je casse ma tire-lire et j'achète les droits auprès de dark horse et je les publie moi-même ", après tout j'ai le savoir faire , je connais l'édition, etc.
Après 6 mois de réflexion, Dark Horse décide de m'autoriser à publier ces tarzan et m'envoie des contrat à remplir... puis ils se souviennent soudainement que c'est Soleil qui jusqu'à présent édite Tarzan en France et me disent qu'ils ne veulent pas de conflit (bonjour l'inéfficacité ! ). Le problème c'est qu'il y a de quoi faire plus de 40 albums avec toutes les BD de tarzan qui n'ont jamais été ré-imprimées en france depuis les années 70, alors pourquoi tout confier à un seul éditeur ?
Et oui, aucune bandes journalières ou dominicale n'a été ré-éditer (hormis hogarth et harold foster ) ; exit les BD de rex maxon, dan barry, john lethi, paul reinman, nick cardi, bob lubbers, john celardo, rubimor, russ manning, gil kane, mike grell, jesse marsh, tom yeates, gray morrow, eric battle...et je ne parle même pas des comics. Bref via un ami de chez Delcourt, je recontacte Soleil, et enfin ils me disent être intéressé... c'était il y a 12 mois. Depuis ils ont décidés de continuer à reproduire ce qui a déjà encore et encore été ré-imprimé (hogarth et harold foster) en prenant avec facilité du matériel que d'autres ont remastérisé . En gros: "on se casse pas la tête". Donc si, comme moi vous êtes fan de Russ Manning et que vous voulez un jour voir ces albums inédit publiés en France il va falloir leur dire et leur rappeller qu'être éditeur ce n'est pas seulement racheter les droits de matériel déjà publier à l'étranger, c'est aussi assurer la pérénnité d'oeuvres rares : http://soleilprod.com/ ... sinon, je resterais un des rares français (je crois que nous sommmes 5) à avoir lu ces albums !
Le dessin c'est du travail
Régulièrement de sympathiques admirateurs me proposent de faire une bande dessinée d'après leurs écrits. J'aimerais pouvoir contenter tout le monde, mais la réalité m'oblige à rappeler ici quelques règles de base, afin d'éviter des déceptions et des pertes de temps inutiles:

- Il me faut au moins 3 jours de travail (pas du temps libre, mais du travail) pour dessiner une page/planche de BD en noir et blanc ( je ne fais plus de couleur ).

- Bien que mes tarifs soient moins élevés que ceux de votre garagiste ou votre plombier, mon travail n'est pas gratuit pour autant.

- Un récit/roman/écrit n'est pas un scénario de BD et nécessite du temps et du savoir faire pour être adapté en tant que tel. Donc si votre texte n'est pas mis en forme comme un vrai scénario, cela nécessitera du travail supplémentaire en plus du dessin.

- Il y a une différence entre possèder les planches originales d'une BD... et acquérir les droits de reproduction en vue d'une publication.
Les 2 se négocient et ne vont pas forcément de pair.

Bonne Presse :
Après des années de carrière, j'ai eu des papiers (souvent flatteurs) dans nombre de canards (y compris les inrockuptibles, c'est dire !). Même si avec le temps et l'expérience on est un peu blasé, je dois avouer que cela fait toujours plaisir d'entendre parler de soi en bien... surtout que ces derniers temps , il y a de plus en plus de journaux et siteweb qui me font de bonnes critiques (en fait, je ne connais qu'un journaliste qui n'aime pas mon travail... mais il faut dire, qu'il prétend s'y connaitre en BD comme moi je m'y connais en charentaises- et vlan ! :) . Je remercie donc (en plus de mes fidèles lecteurs ! ): Zoo, Centre presse, Le progrès, La nouvelle république, actuabd, 7bd.fr, etc.
Une anecdote :
il y a quelques années, lors d'un salon de l'érotisme à Tours , j'ai été inscrit sans que j'en sois averti pour le prix de la meilleure BD ( il y avait une remise de prix ). Arthur dupin remporta le prix puis les membres du jury vinrent me voir pour me demander une dédicace et un d'eux me dit "en fait , nous voulions que ce soit vous qui obteniez le prix, mais vous comprenez que ce que vous faites n'est politiquement pas correct...et ça serait mal passé vis à vis des pontes, mais je suis sûr que vous comprenez...". Les bras m'en sont tombés. Non seulement je n'avais rien demandé (et n'imaginais pas un instant avoir quoique soit ), mais en plus ils osaient afficher leur hypocrisie. Le pire, c'est que Dupin, n'était pas là ( il n'était même pas venu ) et c'est une stagiaire (même pas un salarié) de chez Audi/fluide glacial qui est repartie avec le trophée. Depuis, j'ai demandé à ne plus jamais être inscrit pour le moindre prix... le fait que mes BD se vendent est une récompense suffisante.
Mon premier strange ?
Dans un forum que je fréquente on posait cette question; et donc voici ma réponse:
"Mon premier strange? une claque immense, j'avais environ 10 ans, je lisais déjà des tarzans, des batman & superman et autres parutions DC assez irrégulières en france et je tombe sur le N°42 en vacances en bretagne . Pour la première fois les super-héros semblaient ancrés dans notre réalité et avaient un coté humain avec des problèmes et des pouvoirs qui semblaient sensés ( ce que Marvel a un peu oublié par la suite ). Ils étaient moins "parfaits" que ceux l'univers DC qui semblaient vivre dans une belle société américaine fortunée et bien lisse. Ils avaient chacun des pouvoirs cohérents sans exagération (rappelons d'ailleurs que wolverine inconnu en France à cette époque, ne "cicatrisait" pas aussi vite-pour ne pas dire instantanément- qu'aujourd'hui) contrairement à un green lantern qui pouvait tout faire avec sa bague ou un superman qui avait plus d'une demi-douzaine de pouvoirs.
En bref j'étais accroc et de retour à Paris, j'allais réclamer chaque mois avec plusieurs jours d'avance mon Strange au libraire du coin et risquait ma vie en traversant la rue la tête dans les pages pour rentrer chez moi dès qu'il paraissait (véridique... j'aurais pu être écrasé au moins 10 fois "grâce" à Lug).
Par la suite je découvrais (je ne me rappelle plus comment) la librairie Futuropolis ,qui vendait les anciens numéros, mais aussi des comics, des vrais et tout un univers de super-héros presque inconnus en France: doctor strange, the avengers, the defenders, etc, mais surtout les nouveaux X-men alors qu'en france on en était encore aux anciens ! Autant dire que pour un gamin de mon âge les héros de BD français faisaient pâle figure à coté des sup Américains ( tintin au placard !)... jusqu' à ce que 4 ou 5 ans plus tard je tombe sur Métal Hurlant, mais ça c'est une autre histoire..."
A Propos de scénario

Je viens de lire un article ou on me reproche gentiment et avec plein d'éloges concernant mon dessin (merci),mon absence de scénario et mon français un peu cavalier (ce qui en passant ne veut absolument rien dire dans ce contexte ). En fait comme je l'explique assez souvent, pour certaines BD (transfrancisco, féminisation, les maîtresses...) , je m'intéresse plus à raconter des tranches de vies ou des instantanés que des "histoires". Pourquoi ?parce que tout simplement, je me suis aperçu en faisant de la BD pour adultes que nombre de mes confrères utilisent depuis des années le système narratif comme pour s'excuser de dessiner des images et scènes de sexe. J'ai donc décidé de prendre le contre-pied de cette technique et d'entrer directement dans le vif du sujet sans prétexte fallacieux (après tout on sait pourquoi on lit ces BDs ) et de pousser notre petit vice de voyeur en parlant un peu plus des êtres humains et de leurs comportements dans leurs jeux sexuels (finalement ne sont-ce pas nos semblables qui sont intéressant plus que des péripéties scénaristiques improbables ?) . Personnellement, je ne pense pas qu'un scénario classique de BD traditionnel colle bien à la BD "adulte" et dénote plus souvent d'une part de lâcheté de la part des auteurs pour se dédouaner de montrer du sexe. Quand au niveau scénaristique, je suis un peu partagé; Franquin reconnaissait ne pas savoir ou il allait quand il dessinait page après page les aventures de Spirou, le grand Moebius pensait qu'il était intéressant de se libérer des contraintes de " l'histoire" (avec "major fatal" entre entre autre ), ce qui ne les a pas empêcher de nous livrer quelques uns des plus grands chef-d'oeuvres de la BD. Pour ma part, je sais exactement de la première à la dernière page le genre de messages ou sensations que je veux faire passer lorsque je fais une BD ;) Maintenant en tant que lecteur , je n'achète jamais (ni ne peut lire ) une BD aussi bon soit le scénario si le dessin est mauvais ou inintéressant, car comme j'aime à le rappeller notre "art" s'appelle de la Bande dessinée pas du Scénario imagé. Encore que, bon ou mauvais, tout est subjectif et sujet à la culture du lecteur.
Influences ?

On me demande (comme à tout dessinateur) quelles sont mes influences. Je ne peux pas dire que je n'en ai pas, car inconsciemment nous absorbons tous des images, mais il y a forcément des dessinateurs que j'aime ou qui m'ont impressionnés, pour en citer quelques uns (pour les curieux ) parmi ceux que j'aime le plus et dans le désordre : will eisner, alex raymond, harold foster, russ manning, jose luis salinas, victor de la fuente, franquin, uderzo, liberatore, dave stevens, gil kane, gene colan, frank quitely, neal adams, hermann, jean giraud/moebius, mezieres, paul gillon, michael kaluta, michael golden, john buscema, steve rude, jack kirby, alex toth, jordi bernet, mazzuchelli, brian hitch, etc. Mais m'ont-ils influencé directement en matière BD ? non. Il est sûr que j'ai appris à raconter des histoires en les lisant, mais mes deux seuls influences en matière d'illustrations couleurs sont hajime sorayama et jim Bama. Maintenant si la question est , qu'est-ce qui a influencé mes histoires fétichistes,alors là je peux répondre sans détour : stanton et john willie, pas pour leur graphisme (que j'apprécie) mais pour l'univers incroyable qu'ils m'ont fait découvrir.

Une perte incommensurable

Je viens d'apprendre à l'instant le décès Mr Giraud alias Moebius. Un homme charmant, intelligent et à l'écoute des autres. La BD perd peut-être aujourd'hui sont dernier génie visionnaire:
il y a qq années nous avions le même assureur pour nos voitures. Ce dernier me donne son tel. au culot j'appelle Mr Giraud, il me dit pas de problème venez me voir chez moi. J'ai passé un heure chez lui à boire le café à discuter de tout et pratiquement pas de BD . Quand je lui ai montré mon travail, il m'a dit "que voulez-vous que je vous donne comme conseil ? votre trait est très maîtrisé, faite peut-être un peu d'effort sur les expressions des visage. Si je n'avais pas une fille qui traîne de temps en temps dans mon studio de travail , j'aimerais bien moi aussi de temps en temps refaire des trucs plus adultes...". j'étais encore au début de ma carrière (n'ayant fait que 2 ou 3 albums à l'époque ) et il m'a traité comme un égal. j'ai beaucoup apprécié. Une belle leçon d'humilité.
Adieu Mr Giraud.

Liberté à sens unique !

Suite à une divergence d'opinion dans une discussion sur un forum concernant la remise en question de la propriété intellectuelle, certains internautes à bout d'arguments ( ou d'intelligence ?) en sont venus aux insultes, trouvant de bon ton de déformer mon nom de famille (suivi d'une dyatribe incompréhensible ).
Je n'en n'aurais pas fait de cas (étant depuis mon plus jeune âge habitué à entendre toute sorte de variation à ce sujet) , mais lorsque ce genre de situation arrive, je sais par expérience, qu' il ne sert plus à rien de dialoguer.
J'ai donc préfèré m'abstenir et ai décidé de retirer tout mes commentaires de ce forum... et uniquement mes commentaires !
Le lendemain un des modérateurs du forum qui soit disant prônait la liberté d'expression, à trouver amusant de s'octroyer le droit de remettre tout mes commentaires afin de pouvoir faire de nouvelles "gorges chaudes" sur ce forum... bafouant du coup les mêmes valeurs de liberté d'expression.
J'ai donc contacté le propriétaire du forum et lui ai signifié par téléphone et par émail mon mécontement et ce de manière légale. Quelle ne fut pas ma surprise , de m'apercevoir qu'il avait ensuite non seulement fait de nouveau disparaitre mes commentaires, mais aussi tout le sujet de la polémique et m'avait par la même occasion banni du forum ne fournissant aucune explication à ses utilisateurs, leur laissant croire que j'étais responsable de cette censure, tout ça pour je le cite "ne pas désavouer " son modérateur.
Voilà le genre de personnes qui se réfèrent de la liberté d'expression sur le web et qui sont les premières à utiliser de la censure... sans même avoir le courage d'en assumer la responsabilité.
Bel exemple de liberté à sens unique.

il y a quelques temps, j'étais en train de dédicacer mes BD dans un magasin. En discutant avec les personnes à qui je faisais une dédicace (un couple très sympathique), je les vis abasourdis en leur apprennant qu'il fallait une année complète pour écrire et dessiner un album de Bandes dessinées.Il est étonnant de s'apercevoir que la plupart des gens croient, que soit parce que c'est du dessin, soit parce qu'ils pensent qu'on est doué, le travail de création se fait tout seul.Certes certains de mes confrères travaillent vite ou sont très doués, mais il ne suffit pas de claquer des doigts pour que le dessin apparaisse comme par enchantement sur la page. Selon la complexité (et parce que je dessine dans un style réaliste) , il me faut 3 à 7 jours pour faire une planche (une page de BD pour les néophytes ), rien que pour le dessin.Et je ne parle pas des années qu'il faut avant de percer ou d'acquérir du "talent" : "juste une dizaine d'années à dessiner 5 à 7 heures par jours" disais-je à ce couple " et vous aussi, pourrez le faire... une dizaine d'année ou il vous faudra aussi trouver un autre moyen de gagner votre vie en parallèle !".
Ces mêmes personnes furent plus abasourdi , me questionnant sur ce que gagnait un dessinateur, en apprenant qu'il ne me revenait environ qu'un euro par album de bande dessinée vendue. évidemment lorsqu'on s'appelle uderzo ou zep (les dessinateurs d'asterix et titeuf, toujours pour les néophytes ) et qu'on vend plus de 500 000 albums en une année, cela laisse de quoi rêver (hé attention ! je ne leur jette pas la pierre, mais leur tire plutôt mon chapeau; d'ailleurs mes honorables collègues font souvent des dons aux oeuvres caritatives ), mais dans le cas des dessinateurs de BD pour adultes, c'est dur, très dur ! D'autant plus, qu'il n'existe plus de magazines de BD pour adultes pour nous publier: hé oui avant les magazines payaient chaque planche en pré-publications avant d'en faire un album, ce qui permettait de survivre; même aux plus méconnus d'entre nous.
Voilà pourquoi je m'insurge lorsque l'on dit que la contre-façon et la diffusion sur le web ne font pas de tort.Vous voulez un exemple: il y a quelques temps un forum "bien intentionné" échangeait des liens ou l'on pouvait télécharger mes BD gratuitement (les fameux P2P) . Je leur fis remarquer, que cela nous (les dessinateurs de BD adultes) faisait du tort et ils décidèrent intelligement de fermer cette section . Bien sûr, vous pouvez imaginer le nombre de messages insultants et d'idées préconçues que je reçu en retour; parmi lesquelles:
- on vous fait de la pub gratuite ...faux; souvent le nom des auteurs n'est pas cité, pas plus que l'endroit ou l'on peut acheter ou télécharger de manière légale les BD. Preuve en est, à la fermeture de la section de ce site mes ventes augmentèrent sur xavierduvet.com , puisque, après mon coup de gueule, maintenant les gens savaient qui j'étais.Alors qu'avant mes BD étaient en ligne depuis des années via les liens de ce forum et que je n'avais aucune retombé.
-vous gagnez déjà assez d'argent comme ça et la BD ça coûte cher : en lisant le début de cette article, vous aurez compris l'absurdité de ce raisonnement et puis quand bien même... ce n'est pas parce qu'on ne peut pas se payer quelque chose qu'il faut le voler. Car rappelons qu'un des rares avantages de notre métier est de se voir reconnaître l'entière propriété et jouissance de notre oeuvre; l'utiliser ou la diffuser sans notre consentement est interdit et assimilé au vol. Que diriez-vous si on on vous prenait 10 ans de votre travail sans vous payer !
-on ne fait pas de mal et cela nous donne envie d'acheter les autres albums:encore faux; soyons honnêtes j'ai eu moi aussi quelques copies d'albums de musique sur CD, et bien je peux vous affirmer que ce sont bien les derniers que j'ai acheté en version officielle... on se dit tous "à quoi bon, ça peut attendre puisqu'on l'a."
-ce sont de vieilles BD, elles ne sont plus en vente:Peut-être, mais elles ne risquent pas d'être de nouveaux éditées, si tout le monde les possède déjà. De plus la loi sur les droits d'auteurs est très claire :" La durée des droits patrimoniaux - hé oui, mes BD sont mon patrimoine; celui que je lèguerais à mes enfants - est de 70 ans après l'année du décès de l'auteur.". Ce qui signifie, qu'en dehors des BD de bécassine (et encore pas toutes), toute BD est encore protégée et propriété unique de ses ayants droits (l'auteur ou l'éditeur ).
- on a acheté vos BD, donc on a le droit de les mettre sur le web:La je dois avouer, passez-moi l'expression, qu'on frôle la connerie sans borne; depuis quand le fait d'acheter une bande dessinée (ou un CD) donne le droit de le diffuser ? Surtout que ce message venait d'une personne qui avait mis un de mes albums en ligne sur son site, mais interdisait qu'on reproduise ses propres photos se trouvant sur ce même site. En gros, " je m'octroie le droit de faire aux autres , ce que je ne veux pas qu'on me fasse ". Dans le même genre, un abruti (la y a pas d'autres mots !) me disait qu'il n'avait vu nulle part que je possédais une licence (terme anglais pour un contrat... oui ce message m'était adressé en anglais ) pour prouver que j'étais propriétaire des droits d'auteur. Ah bon ! et le code de la propriété intellectuelle, c'est de la merde peut-être ?
-le web , c'est l'avenir, faut vous y faire:alors la chapeau, ça me rappelle mon ancien éditeur à qui je rappellais lorsqu'il ne me payait pas que son magazine ne paraissait pas et ne se vendait pas avec des pages blanches. Ben , oui si les artistes ne gagnent plus ou peu d'argent parce qu'ils sont piratés, ils ne vont pas travailler pour la gloire et il n'y aura plus rien de nouveau sur le web. Pour rappel d'ailleurs, internet, ce n'était que du texte au début ! ce qui n'empêchait pas les informations de circuler. Bon d'accord avec du son et des images c'est mieux, mais dans ce cas les internautes ne doivent utiliser que les images fournies légalement par les ayants droits (comme le fait la presse... sans, je le rappelle, oublier de citer ses sources ).
Quand on aime le travail de quelqu'un on ne le tue pas !
Alors la prochaine fois qu'un internaute aura envie de mettre en ligne une BD, qu'il médite sur cette petite histoire: Un oisillon tombé du nid mourrait de froid. Voyant cela une vache lui lacha une grosse bouse bien chaude pour le réchauffer. L'oisillon tout content se mit à siffler de bonheur. Un loup passant par là l'entendit et le croqua.
Moralité: ceux qui veulent votre bien, vous mettent souvent dans la merde et ceux qui vous en sorte, ne le font pas toujours pour votre bien !
accueil I pressbook I BD I pinups I liens